Calgary vote pour garder les masques obligatoires pour le moment, prochaine mise à jour en décembre

By | 09/15/2020

Les masques continueront d'être obligatoires dans les espaces publics de Calgary, a décidé le conseil lundi.

Le Conseil a voté 11 contre 3 pour maintenir le règlement actuel tel quel, la prochaine mise à jour devant être entendue le 14 décembre. Les seuls votes contre étaient les conseillers Sean Chu, Jeromy Farkas et Joe Magliocca.

Le 1er août, la ville mis en œuvre un règlement rendre obligatoire le couvre-visage dans les espaces publics intérieurs, en phase avec d'autres villes comme Toronto et Ottawa.

Le Dr Raj Bhardwaj, médecin de soins d'urgence de la ville, a déclaré lundi au conseil que, alors que l'Alberta continue d'avoir le plus grand nombre de cas pour 100 000 habitants de toutes les provinces du Canada, les masques continuent d'être nécessaires.

"La mi-temps est terminée, les écoles sont ouvertes, le temps se rafraîchit, les jours sont plus courts et l'hiver arrive, et nous en apprenons toujours plus sur ce virus", a-t-il déclaré. «Il s'agit de protéger toute la société de cette maladie.

"En fin de compte, il s'agit toujours du risque par rapport aux avantages, les risques liés à l'utilisation d'un masque sont faibles… les avantages de l'utilisation d'un masque sont très clairs."

89% des Calgariens portent des masques dans les espaces publics intérieurs: enquête

Le Conseil a appris de l'administration que la majorité des Calgariens soutiennent le règlement, selon ses recherches.

Une enquête menée dans la ville de 500 Calgariens entre le 25 et le 28 août a révélé que 88% soutiennent le règlement, 89% portent un masque à l'intérieur d'espaces comme les épiceries ou les centres commerciaux et 95% portent un masque dans les transports en commun.

Ce pourcentage d'utilisation des masques à l'intérieur a augmenté de 34% depuis la mise en œuvre du règlement.

«Les Calgariens sont incroyables, la façon dont ils ont adopté le règlement est incroyable», a déclaré le chef de l'Agence de gestion des urgences de Calgary, Tom Sampson.

Le conseil municipal a vu ce graphique lundi, qui montre le nombre de cas de COVID-19 actifs à Calgary avant et après la mise en œuvre du règlement sur les masques. (Ville de Calgary)

Il y a actuellement 557 cas de COVID-19 actifs dans la ville et des épidémies dans plusieurs endroits, y compris des centres de soins de longue durée, des usines de transformation de la viande, une église, des rassemblements privés, un entrepôt Amazon et des écoles.

C'est un taux de 36,3 cas pour 100000 personnes, mais avec un noyau de bonnes nouvelles dans le taux de transmission – Sampson a déclaré que la valeur RT actuelle est de 0,85, ce qui signifie que chaque personne atteinte de COVID-19 transmet la maladie à moins d'une autre personne.

Calgary est actuellement à l'étape de niveau 2: surveillance améliorée de son plan d'intervention COVID-19. (Ville de Calgary)

L'administration a déclaré que depuis que le règlement a été mis en œuvre, il n'y a eu que deux cas où des billets ont été émis et qu'il n'a pas jugé nécessaire de modifier le libellé du règlement. Cependant, Calgary Community Standards a reçu plus de 600 rapports de préoccupations au 311

Ceux qui ne portent pas de masque et ne respectent pas les exemptions peuvent être condamnés à une amende de 50 $, mais la ville a déclaré qu'elle se concentrait sur l'éducation, pas sur l'application de la loi.

Quand le règlement sera-t-il révoqué?

Coun. Jeromy Farkas s'est demandé comment juger de l'efficacité du règlement et dans quelles circonstances il devrait être abrogé, ce que Sampson a dit qu'il était difficile de dire sans un essai contrôlé randomisé en double aveugle.

«Si je porte un masque, je pourrais être une personne plus consciente de toucher mon visage», a déclaré Sampson, ajoutant que la majorité des preuves médicales indiquent que les masques sont efficaces.

Le Conseil peut convoquer une réunion spéciale à tout moment pour abroger le règlement, et l'administration a déclaré que les raisons de l'abrogation pourraient aller d'un vaccin devenant disponible à la transmission et aux taux d'infection tombant suffisamment bas pour que les experts médicaux conviennent que les masques ne sont plus nécessaires.

«Si je devais regarder vers l'avenir, cette (raison de l'abrogation) serait probablement un vaccin», a déclaré Sampson.

Bhardwaj a souligné à quel point on ne sait toujours pas sur les masques et le virus, comme des preuves émergentes selon lesquelles les masques pourraient accorder un certain niveau d'immunité car ils réduisent le nombre de particules infectieuses auxquelles un porteur est exposé.

«En tant que conseil, nous devons simplement mettre nos opinions personnelles de côté et écouter les experts», a déclaré le conseiller. A déclaré Jeff Davison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *