Betaal Review: Pas de frissons dans la nouvelle série Web d'horreur sur les zombies de Shah Rukh Khan

By | 05/26/2020

Une vieille femme tribale mettant en garde contre une malédiction ancienne, une tragédie oubliée depuis longtemps, la magie noire, des peurs de saut, des morts grotesques, des visages effrayants et des cris nerveux, la dernière série Web de Netflix Betaal a tous les éléments d'une histoire d'horreur (clichée). Sauf, le plus important – la peur.

La série, soutenue par Red Chillies Entertainment de Shah Rukh Khan, commence par un entrepreneur cupide essayant d'ouvrir un tunnel scellé au fond d'une forêt, afin qu'il puisse construire une autoroute. L'arrêt sont les natifs de la région, qui disent que le tunnel est maudit et que son ouverture entraînerait la mort et la destruction pour tous. L'entrepreneur, qualifiant tout cela de simples superstitions, engage une escouade militaire nommée CIPD pour l'aider à éloigner les villageois de son chemin.

Lorsque les commandos ouvrent le tunnel (après avoir tué les villageois qui se trouvaient sur leur chemin, qui sont ensuite étiquetés comme Naxals), ils finissent par déchaîner une force maléfique qui menace l'existence humaine. Et le commandant Tyagi (Suchitra Pillai) est différent. Ses cheveux deviennent blancs après avoir été attaqués par certaines créatures de l'intérieur du tunnel. Personne ne semble cependant se soucier beaucoup de cette évolution.

Afin de se sauver des créatures, les commandos, ainsi que l'entrepreneur et sa famille, se réfugient dans quelques vieilles casernes britanniques dans la forêt.

Dans les épisodes suivants, nous les voyons essayer de survivre, lutter contre «  l'armée des morts '' britannique qui peut être arrêtée par le feu, ou un mélange de curcuma, de sel et de cendres (l'équivalent desi de Dragonglass de Game of Thrones, peut-être? )

Oh, et au fait, le protagoniste de la série s'appelle Vikram, qui a du mal à faire de «bon choix» de temps en temps. La tentative de mélanger le folklore indien avec un spectacle d'horreur de zombies avait du potentiel. Et jusqu'au premier épisode, Betaal ressemble à une intrigante web série. Mais bientôt, les créateurs perdent le contrôle de l'intrigue et le spectateur perd tout intérêt.

Le problème avec le spectacle (en plus des lourds clichés présents partout) est qu'il n'évoque aucun sentiment de peur. De plus, cela vous fera parfois rire même lorsque les protagonistes regardent la mort en face. Oui, il y a quelques frayeurs qui sont bonnes pour la série. Mais à part cela, Betaal a peu à offrir.

Les dialogues semblent parfois excentriques, avec des mots de conversation forcée de temps en temps. Par exemple, il y a une scène où la féroce femme tribale Puniya (jouée par Manjiri Pupala) dit: «Lag gayi hum sabki».

L'émission tente de fouiller les entrepreneurs corrompus qui feraient tout ce qu'il faut pour de l'argent et comment les personnes au pouvoir peuvent parfois abuser de leurs droits. Il tente également de faire ressortir le patriotisme dans certaines scènes en mentionnant la révolte de 1857 et le massacre de Jallianwala Bagh. Mais ces nuances semblent hors de propos dans un décor de thriller de zombies.

Dans chaque spectacle d'horreur, les effets sonores jouent un rôle clé. Betaal marque des points à cet égard. Les créateurs de costumes et les maquilleurs ont fait un travail décent. Cependant, les zombies auraient pu utiliser plus d'attention.

Les zombies (si c'est ce que les créateurs avaient l'intention de montrer) sont loin d'être effrayants avec leurs yeux rouge vif, leurs pardessus rouges assortis, leurs sourires méchants et leurs rires pas si étranges. Et ce n'est pas ça. Ils ont également des compétences en négociation et en manipulation émotionnelle. Surprise Surprise! Dans une scène, un personnage négocie avec Betaal pour le pouvoir. Et dans un autre, une créature fait appel à son frère pour l'aider car il souffre.

Ce qui va en faveur de Betaal, c'est sa longueur. Avec seulement quatre épisodes de 45 minutes maximum chacun, le spectacle peut être facilement regardé en une seule séance. Et les performances du casting vous donneront envie de le regarder, même si vous pouvez facilement prédire ce qui se passera ensuite.

Viineet Kumar fait du bon travail en tant que Vikram Sirohi. Cependant, un peu plus d'intensité dans certaines scènes aurait encore amélioré sa performance. Suchitra Pillai donne une brillante performance en tant que commandant Tyagi. C'est elle qui évoque un peu de terreur dans la série. Aahana Kumra fait l'affaire en tant que courageuse et juste DC Ahluwalia. Jitendra Joshi, après avoir fait sa marque dans Sacred Games, donne une performance convaincante en tant qu'entrepreneur corrompu. Syna Anand joue le rôle de sa fille et rend justice à son rôle. Manjiri Pupala vole la vedette en tant que Puniya intrépide dans chaque image dans laquelle elle apparaît. .

Le dernier épisode de Betaal se termine sur une falaise, pointant vers une deuxième saison. Comme il ne se passe pas grand-chose pendant le verrouillage, vous voudrez peut-être reprendre la série s'il n'y a rien d'autre dans votre liste de surveillance.

A LIRE AUSSI | Ligne de plagiat bêta: des écrivains marathis portent plainte contre les fabricants, la Haute Cour rejette la suspension de l'exposition

A LIRE AUSSI | L'acteur bêtal Vineet Kumar les jours difficiles: j'ai joué un cadavre et un fantôme

A LIRE AUSSI | Shah Rukh Khan produira une série d'horreur pour Netflix

A LIRE AUSSI | Shah Rukh rejoint Aahana Kumra et Vineet Kumar pour la soirée de clôture de Betaal

REGARDEZ AUSSI | Shah Rukh Khan-Abram en concert pour I For India

Recevez des alertes en temps réel et toutes les nouvelles sur votre téléphone avec la toute nouvelle application India Today. Télécharger à partir de

  • Andriod App
  • Application IOS