RTL Today – Rockin ': Fin du monde tel que nous le connaissons? Les mégastars de la musique riffent le virus

By | 03/22/2020


Les chanteurs relativement obscurs ont été les premiers à réagir musicalement au coronavirus avec une petite armée d'inconnus devenant viraux avec des vidéos de numéros de danse à laver les mains et des riffs sur "It's Corona Time" publiés sur les réseaux sociaux.

Mais maintenant, les grandes stars sortent de la sécurité hermétiquement scellée de leurs demeures pour se mettre en scène, avec Bono et Michael Stipe en tête.

Jamais le R.E.M. "C'est la fin du monde tel que nous le connaissons" semblait plus approprié, et l'ancien chanteur du groupe Stipe est apparu légèrement décoiffé sur une vidéo sur son site Web pour chanter son refrain lors de la Saint Patrick's Night.

Après plusieurs jours de croissance de la barbe, Stipe a annoncé qu'il s'était mis en quarantaine, mais comme le sous-titre de la chanson, il a déclaré: "Je me sens bien."

"Je soutiens. Je suis en quarantaine. Je suis QSQ – quasi auto-quarantaine – depuis plusieurs jours maintenant et ça va continuer parce que je ne veux pas sortir", a déclaré le chanteur à ses fans alors qu'il les a exhortés à faire de même.

"Je ne veux pas être responsable de la maladie de quelqu'un d'autre si je suis déjà malade. Je ne pense pas que je le suis, mais aucun de nous ne sait si nous le sommes", a-t-il ajouté.

– Bono inspiré des Italiens –

Stipe avait auparavant partagé une annonce de service public américain avec les chaînes de médias sociaux de R.E.M., soulignant l'importance de l'éloignement social ainsi que de rester positif.

Bono a cependant tout mis en œuvre pour saisir l'étrangeté du moment en écrivant une chanson, "Let Your Love Be Known", qu'il a dédiée à l'Italie, aujourd'hui le pays le plus touché par la pandémie.

La superstar irlandaise s'est filmée, plutôt amateur, avec son téléphone portable jouant du piano devant les baies vitrées de sa maison de Dublin qui donne sur la mer d'Irlande.

"C'est un petit morceau que j'ai composé il y a environ une heure", a-t-il déclaré mardi avant de se lancer dans la ballade, sa première nouvelle chanson en trois ans.

C'est "pour les Italiens qui l'ont inspiré, pour les Irlandais, pour tous ceux qui cette Saint Patrick est dans une situation difficile et chante toujours", a-t-il écrit sur Instagram.

"Pour les médecins, les infirmières et les soignants de première ligne, c'est à vous que nous chantons", a ajouté le chanteur de U2.

La chanson fait une référence directe aux Italiens chantant de leurs balcons les uns aux autres pour garder leur moral tout en étant confinés chez eux.

"Vous pouvez chanter sur les toits / Chantez-moi au téléphone / Chantez et promettez-moi que vous ne vous arrêterez pas / Chantez et vous n'êtes jamais seul", a chanté l'homme de 59 ans en portant une paire de John Lennon teinté en violet -des lunettes de style.

La chanson a été partagée plusieurs millions de fois sur les réseaux sociaux depuis mardi, avec de nombreux Italiens particulièrement touchés, bien que certains aient également appelé Bono à donner une partie de sa fortune aux hôpitaux inondés de victimes de COVID-19.

– Pas de baisers français –

La chanteuse canadienne Coeur de Pirate est également devenue virale avec une petite chanson plus légère – mais non moins socialement responsable – dans laquelle elle exhorte ses jeunes fans à ne pas rire du virus et à ne pas "embrasser son voisin en français".

"Protégez les autres parce que l'été arrive", a-t-elle chanté, dans une référence optimiste à "Game of Thrones", dont la ligne clé est que l'hiver et les calamités arrivent.

La star du reggae de dancehall guadeloupéen Admiral T a également eu un hit en ligne avec "Coronavirus", où en plus de goûter au président français Emmanuel Macron déclarant que "nous sommes en guerre", il a également emprunté la célèbre punchline de la bande dessinée d'origine marocaine Jamel Debbouze, " vont tous mourir! "

"Les artistes ont toujours abordé les grands sujets du moment", a expliqué à l'AFP le journaliste et historien français Bertrand Dicale.

"De l'Holocauste aux catastrophes naturelles et aux attaques terroristes, ils ont tous inspiré des chansons. C'est juste que les médias sociaux amplifient maintenant leur impact", a-t-il ajouté.

Mais cela ne signifie pas que les chansons dureront, a-t-il averti.

Dicale a déclaré que Vincent Scotto, qui a écrit le hit de Dean Martin et Eartha Kitt "Under the Bridges of Paris", a eu un grand succès avec un numéro appelé "Les Boches, c'est comme des rats" ("Les Allemands sont comme des rats") pendant Première Guerre mondiale.

Pourtant, lorsque le chœur de Radio France a voulu le chanter récemment, il avait été si complètement oublié que "la compagnie qui en détient les droits ne savait même pas que c'était par lui", a déclaré Dicale.