Giro d'Italia en 5 bandes dessinées: voyager et rêver malgré la quarantaine

By | 03/26/2020

Le besoin de rester dans les murs de la maison peut être l'occasion idéale d'explorer de nouveaux mondes, qu'ils soient de jeux vidéo, d'intérieur ou cinématographiques. Au cours des derniers jours, nous nous sommes consacrés à l'exploration de divers univers composés de papier et d'encre, d'abord vers l'Extrême-Orient, puis vers les États-Unis d'Amérique. Un court voyage mental à la recherche de lectures agréables pour s'immerger afin de se laisser bercer par la magie de la narration. Après avoir proposé cinq mangas à récupérer et autant de représentants de la bande dessinée américaine à découvrir lors de cette quarantaine forcée, notre itinéraire ne pouvait s'arrêter qu'avec un arrêt entièrement italien.

Vous connaissez désormais les règles du jeu: le conseil, résultat d'un goût très personnel, reste inchangé dans le nombre et ne comprend que des œuvres qui ont déjà conclu leur chemin éditorial. Cette fois, cependant, nous restons dans les confins de la péninsule, à la (re) découverte de cinq productions italiennes, dans une tentative d'associer l'humeur du lecteur à l'œuvre la mieux adaptée aux circonstances.

Corto Maltese: le blé entier

Auteur: Hugo Pratt
Maison d'édition: Lézard Rizzoli
Recommandé pour: Lecteur historiquement rêveur

essentiel. Il n'y a pas d'autre mot pour décrire Corto Maltese à un lecteur à la recherche d'horizons dans lesquels se perdre complètement, en compagnie d'un personnage qui représente une icône indissoluble de liberté, de rêve et d'aventure. Le marin légendaire façonné par Hugo Pratt possède désormais plus de cinquante ans d'histoire sur ses épaules, mais chacun de ses voyages entre des mers de papier et d'encre est toujours profondément actuel, capable de parler transversalement, d'une voix claire et forte, à plusieurs générations de lecteurs.

Corto Maltese conserve le charme d'un homme qui rejette toute frontière et pour qui le concept de frontière n'a pas de pertinence concrète. Planant constamment entre héros romantique et aventurier, le marin traverse le monde du début du XXe siècle, à une époque porteuse de conflits et de mutations massives. En croisant magistralement les événements historiques et la fantaisie, la narration concrète et l'abstrait, Pratt a façonné des pages inoubliables de fiction comique italienne, européenne et mondiale.

Parmi les trésors mystérieux, les aventures intemporelles et les femmes fascinantes, Corto Maltese accompagne le lecteur dans des voyages qui lui feront oublier de se retrouver dans les murs de sa maison. En compagnie du fou Raspoutine, entre la magie de Venise et l'Irlande poignante, le long de l'Amérique du Sud et des côtes africaines, de Une ballade de la mer salée à Mu, en passant Je rêve d'un matin d'été, Concerto en O 'mineur pour harpe et glycérine est La maison dorée de Samarkand, cette icône inoubliable enlèvera facilement l 'esprit du lecteur et le conduira dans des endroits magiques et lointains.

Si vous avez déjà eu l'occasion (bon!) De goûter chaque oeuvre dédiée à Corto Maltese signée par feu Hugo Pratt, nous en profitons pour une sorte de "rapports bonus". Depuis quelques années, notre bien-aimé marin est revenu sur les mers de l'édition grâce à Juan Diaz Canales et Rubén Pellejero. Recueillant courageusement un héritage incalculable sur ses épaules, le duo a donné naissance à trois histoires inédites: Sous le soleil de minuit, Equatoria est Jour de Tarowean. Lectures intéressantes, publiées en Italie par Rizzoli Lizard à la fois en format unique et au sein de la collection La nouvelle route.

Le port interdit

Auteurs: Teresa Radice; Stefano Turconi
Maison d'édition: BAO Publishing
Recommandé pour: Lecteur romantique

Nous n'abaissons pas les voiles et restons au large pour présenter une lecture romantique, enveloppée de rêves et de poésie: Le port interdit, réalisé à quatre mains par Teresa Radice et Stefano Turconi. Un roman dessiné qui vit dans l'atmosphère de l'Angleterre du XIXe siècle, dans lequel les rimes évoquées par Samuel Taylor Coleridge, William Blake et William Wordsworth sont à couper le souffle.

Parsemé de crayons qui dessinent une atmosphère intemporelle, Le port interdit raconte l'histoire d'un jeune naufragé, retrouvé au large de Siam par l'Explorer, un majestueux voilier britannique. Le bateau, dont le capitaine s'est enfui après avoir pillé tous les biens précieux, est temporairement confié au copilote. Ce dernier prend goût au cas du garçon, qui est donc accueilli à bord. Malgré les sauvetages, le naufragé est incapable de se rappeler quoi que ce soit qui lui est arrivé: le seul souvenir qui n'a pas disparu dans l'écume de la mer est la certitude d'être appelé Abel.

A bord du voilier, le protagoniste arrive en Angleterre en 1807 et est accueilli à l'auberge dirigée par trois filles, filles du fugitif commandant de l'explorateur. Progressivement, dans l'espoir de retrouver tôt ou tard des souvenirs perdus, Abel construit une nouvelle vie quotidienne, qui comprend le fascinant et le cultivé Rebecca Riordan, dame d'une maison de plaisance. Redécouvrant l'amour et l'amitié, entre révélations et éléments fantastiques, Abel se retrouve au centre d'un enchaînement d'événements qui l'amènera à mettre en lumière son passé inconnu. Une histoire délicate et passionnante, recommandée à ceux qui recherchent des émotions spontanées et un refuge de rêve dans lequel s'incliner, bercé par une chaleur dans la poitrine et le chant de la mer.

une histoire

Auteur: Gipi
Maison d'édition: Coconino Press – Fandango
Recommandé pour: Lecteur introspectif

Pour les lecteurs à la recherche d'une expérience de lecture résolument intense et intime, nous recourons à la production artistique proposée par Gianni Pacinotti, alias Gipi, soulignant la splendide une histoire. Une œuvre où la poétique des textes est soudée à un langage graphique au pouvoir disruptif, créant un amalgame impitoyablement vif, capable d'affecter profondément l'âme du lecteur.

Le titre attribué à roman graphique il recueille en soi bien plus que ce qui n'est pas immédiatement perceptible de la nature de la tranche de vie mise sur papier par Gipi. une histoire c'est une seule grande fresque narrative, dans laquelle ils trouvent de l'espace les événements profondément humains de deux individus: Silvano Landi et son arrière-grand-père Mauro Landi.

Le premier est un écrivain d'âge mûr qui réussit et qui subitement éclate. Un homme qui a toujours vécu en compagnie de l'écrit, mais qui est désormais opprimé par un flux de pensées incontrôlable et par deux images qui le hantent: un grand arbre nu et une station-service. Son présent est inextricablement lié à un passé qui vit dans la Première Guerre mondiale et cela se révèle au lecteur à travers le regard de Mauro.

Nous ne vous en dirons pas plus: une histoire il faut le découvrir dans la solitude, dans le coin le plus accueillant de votre pièce préférée, de préférence sans interruption, dans une lecture continue qui laisse passer les émotions, les questions et les réflexions suscitées par le mélange d'art, de silence et de mots écrits.

Oublie mon nom

Auteur: Zerocalcare
Maison d'édition: BAO Publishing
Recommandé pour: Lecteur doux-amer

Faire un autre bond en avant, il est impossible de ne pas mentionner Zerocalcare. Au fil des années, l'auteur romain continue de démontrer une réelle concentration de talents et chacune de ses productions mérite une lecture. Parmi les nombreuses possibilités valables, nous vous proposons Oublie mon nom, un mélange parfaitement équilibré entre comédie et réflexion, entre rire et émotion. Une œuvre douce-amère globale qui voyage dans l'équilibre entre les éléments fantastiques et autobiographiques.

Une histoire d'une manière générationnelle, qui part de la disparition de la grand-mère du protagoniste. La chute d'un morceau d'enfance important devient le moteur d'une recherche inattendue, le long d'un chemin qui mène tout droit à l'âge adulte. Suite au triste événement, Zerocalcare prend conscience, en séquence rapide, d'aspects sans précédent de l'histoire familiale. Un tourbillon de petits et grands mystères, à découvrir avant de pouvoir franchir de nouvelles étapes vers l'avenir.

Un merveilleux voyage qui révèlera la complexité de l'être humain, réfléchissant à ce qui définit l'identité d'une personne et à quelle fréquence il est difficile de vraiment connaître même les affections les plus chères que nous avons à côté de nous. Préparez-vous correctement: Oublie mon nom ne pardonnera pas vos émotions. Une fois de plus, la narration de Zerocalcare vous fera passer d'un rire débridé à une déchirure inattendue et spontanée, dans le simple fait de tourner une page.

Panda aime l'aventure

Auteur: Giacomo "Keison" Bevilacqua
Maison d'édition: Panini Comics
Recommandé pour: Lecteur perdu

Enfin, nous clôturons cette revue avec une production de Panini Comics particulièrement chère à l'écrivain. À sa manière, Panda aime l'aventure c'est une histoire de formation: bien sûr, le protagoniste est l'emblématique Panda signé Bevilacqua, mais autour de lui les moteurs essentiels de la croissance intérieure sont présents, agissant et se déplaçant. La curiosité, l'anxiété, la patience, la peur et d'autres sentiments et sensations prennent une forme matérielle et concrète pour accompagner le petit Urside dans une aventure qui le conduira, pour la première fois, hors des frontières des caricatures qui depuis de nombreuses années l'accueillaient au format traditionnel de Panda aime ça.

Le début de cet étrange voyage voit Panda recevoir un cadeau inattendu pour son anniversaire: une plume magique ce qui vous permet de changer la réalité. Un outil puissant qui appartenait autrefois au défunt grand-père de l'ours noir et blanc, qui, cependant, ne sait pas comment l'utiliser. Pour le savoir, il devra entreprendre un voyage épique, guidé par nul autre qu'un avion en papier. A côté du protagoniste tendre et naïf, une foule de compagnons insolites, parmi des crocodiles et des singes aux traits de caractère bizarres, auxquels s'ajoute l'inoubliable Godfrey, bleu excentrique à plumes s'exprimant généralement à travers hashtag. Dans la plus pure tradition Bevilacqua, Panda aime l'aventure il abrite une véritable armée de références à la culture pop contemporain: allant de Harry Potter au Game of Thrones, sans oublier les jeux vidéo ou l'imagerie du Seigneur des Anneaux. Un amalgame incroyablement efficace, qui entre des implications narratives bizarres et des révélations apparemment folles, pourra arracher de savoureux rires au lecteur et aussi, nous sommes plus que certains, une émotion inattendue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *