Les péchés des riches et des puissants

By | 02/14/2020


Trois récents accidents de la route cette semaine au Karnataka impliquant des voitures haut de gamme des riches et célèbres attirent une fois de plus l'attention sur la façon dont les morveux gâtés qui n'ont pas peur de la loi peuvent se révéler une menace pour la société. Mohammad Nalapad, le fils controversé du député du Congrès de Shanthinagar NA Haris, qui a passé plus de 100 jours en prison il y a deux ans après avoir brutalement agressé un invité dans un pub, fait à nouveau l'actualité après que la Bentley qu'il conduisait aurait heurté trois véhicules , blessant quatre personnes. Le même jour, Sunny Sabharwal, fils du propriétaire d'un parc d'attractions, a écrasé sa toute nouvelle Lamborghini dans un chowki de police à une intersection très fréquentée de Bangalore et a disparu de la scène. Mais ce qui était plus répugnant, c'est qu'il a eu l'audace de revenir sur place un peu plus tard et de cliquer sur une photo avec le chowki endommagé pour envoyer un message à ses amis qu'il était en sécurité. Et maintenant vient la nouvelle qu’une voiture appartenant au fils d’un ministre en exercice a été impliquée dans un accident à Hospet au cours duquel deux personnes ont été tuées.

Le mode de vie des enfants de certains des super-riches de la ville, dont beaucoup vivent avec un cocktail grisant d'alcool, de drogues et d'autres vices, n'est pas seulement somptueux, mais tout simplement vulgaire. Avec un accès à un gouffre d'argent sans fond, une richesse souvent inexpliquée, leur sens du droit et de l'arrogance est sans limites. Bien qu'une mauvaise éducation et une indulgence excessive soient souvent à l'origine de ces comportements imprudents, ce qui les enhardit vraiment, c'est que chaque fois qu'ils sont pris du mauvais côté de la loi, toutes les forces sous le soleil, y compris les parents, les politiciens, les agents de police et divers courtiers d'électricité joindre les mains pour les renflouer.

Lorsque Nalapad avait eu des ennuis la première fois, le ministre en chef de l'époque, Siddaramaiah, avait tweeté: «Les contrevenants devraient être punis dans toute la mesure de la loi», tout en ordonnant au commissaire de police d'amener les coupables à réserver. Il a tenu parole et cela a permis de garantir que l'accusé ne soit pas relâché. En effet, Nalapad était en liberté sous caution lors de l’incident de cette semaine. Telle devrait être l'attitude envers tous les malfaiteurs qui, du fait qu'ils sont des pupilles d'hommes puissants, semblent croire qu'ils peuvent s'en tirer avec n'importe quoi. La patience du public s'use avec les enfants VIP qui affichent un mépris total pour la loi. Ils doivent être amenés à réserver, rapidement et visiblement.